Ah! Les impôts…

Avez-vous déjà pris un instant pour vérifier comment vous vous sentez au moment où vous payez une facture? C’est intéressant de vous y arrêter puisque vos émotions jouent un rôle important dans votre expérience de l’abondance ou de la pénurie.

En ce moment, c’est la période des impôts. Avez-vous un gros chèque à envoyer au gouvernement? Ou bien réalisez-vous qu’un fort pourcentage de vos chèques de paye a servi à payer vos impôts?

L’idée ici n’est pas de discuter du bien fondé de payer ou pas des impôts. Il s’agit d’aller voir en dedans de vous ce que vous ressentez quand vous donnez de l’argent en échange d’un produit ou service ou quand vous donnez de l’argent au gouvernement.

Avez-vous l’impression d’en donner trop? Avez-vous l’impression qu’il n’en reste pas assez dans vos poches?

Êtes-vous programmé à vous sentir contraint ou restreint quand vient le moment de payer vos factures ou vos impôts? Je dis bien « programmé» car la sagesse collective nous dit qu’en donnant, nous faisons l’expérience de la perte.

Mais est-ce bien de la sagesse? Où cette supposée sagesse nous mène-t-elle?

La croyance dans le fait qu’il n’y a pas assez perpétue notre l’expérience du manque et en émettant du manque, nous attirons le manque.

Et si notre Vie était un immense miroir qui nous reflète l’énergie que nous émettons?

Lorsque nous nourrissons un sentiment de pauvreté et une sensation de contraction intérieure lors de nos transactions financières, cela voudrait dire que nous éloignons l’abondance.

Lorsque je me plains que ça coûte cher, je ressens le manque en payant mes factures. Lorsque je serre les dents et que je me mets à maugréer en écrivant le chèque pour payer mes impôts, le grand miroir me reflète une énergie contractée.

Cette simple observation peut être très révélatrice de ma relation à l’argent. Suis-je dans le flot du donner et recevoir ou est-ce que je bloque ce flot? Est-ce que je me positionne plutôt en victime ou est-ce que je choisis de faire circuler l’abondance?

Nous aimons tous nous sentir libres. Une des plus grandes libertés que nous avons n’est-ce pas de choisir notre état intérieur en fonction de notre bien-être?

Selon les données de la neuroscience, par un phénomène appelé le système d’activation réticulaire, en répétant une expérience, nous construisons de nouveaux circuits neuronaux dans notre cerveau.

Imaginez quel circuit vous construiriez si, chaque fois que vous écrivez un chèque ou que vous faites un transfert bancaire, vous éprouviez de la reconnaissance pour la personne à qui vous faites le paiement et de la gratitude parce que vous avez l’argent pour payer ce que vous devez ou parce que vous êtes assez riche pour faire un don!

Choisir l’émotion derrière le geste de donner de l’argent, c’est choisir entre l’état d’abondance et l’état de pénurie.

Et si tous ensemble nous choisissions l’abondance? Quel impact cela aurait-il sur nos vies et sur ce qui se passe dans le monde?

À votre abondance!

Aline

alinetardif.com

 

Cliquez sur le mot en couleur:

Pour vous inscrire à l’atelier « Comment sortir de la frustration financière »

Pour demander votre session découverte

 

 

 

2 Comments

  1. Véronique Descombes sur avril 26, 2016 à 4:14

    Bonjour,

    je sais que j’ai des choses à régler par rapport à ma relation à l’argent et à l’identité que l’argent peut procurer ou nous laisser croire qu’elle nous procure une identité…
    La valeur que les autres nous donnent a sans doute influencé le fait que nous avons ou pas de l’argent, le fait que nous avons le droit ou pas d’avoir de l’argent sans sentiments de culpabilité, de cupidité ou autres…
    Je réfléchis de plus en plus et je constate que finalement par rapport à ma famille je ne trouvais pas ma place que je ne pensais mériter et même être capable de pouvoir faire quelque chose et donc de gagner ma vie et convenablement. Je n’arrive pas à pérenniser ma situation financière, à ne plus être à découvert et trouver un juste équilibre… je suis contente de payer mes impôts mais j’aimerais les payer sans me soucier de comment je vais pouvoir les payer car les fins de mois sont difficiles… Je me dis de plus en plus en conscience, que je mérite l’abondance, et que j’accueille l’abondance.
    Merci à vous pour tous vos partages, merci à l’abondance que vous nous donnez, merci
    Véronique

    • Aline sur avril 26, 2016 à 6:50

      Bravo Véronique d’installer en vous l’idée que vous méritez et accueillez l’abondance. Le défi, c’est de ressentir l’abondance lorsque les fins de mois sont difficiles. L’émotion est un puissant attracteur. Lorsque nous émanons du manque, nous attirons du manque.

      Une manière de vous placer dans un ressenti d’abondance, c’est de vibrer de gratitude chaque jour pour ce que vous avez déjà.

Laissez un commentaire